La colére dou sarvan

l'Yzeron à Planche- Billet 10 août 2019 lightroom

O i é in fré valon, ou mitan d’in pitit payi vardayant de bôrmes et de cris. Je sons ous parmis timps onque lo cristianismo é étô decliarô religion d’Etat pa l’impereûr romain, et bintou, lo cristianismo devindra obligatoiro sos pèna de môrt.
In mémo timps, dins le campagnes, le gins s’inmayiçont et s’organisont. Le divinitôs de la natura, le créatures magiques de les égues et dous boués, que demoront adon dins le brosses et le bruéres, n’ant fran pô invia de se léssi fére comicin. Le sont prétes à chapotô attenant, qu’i vivont dins celes régions champétres onque jamé omo n’a betô lo pi, depué mila et mila sésons. Le sont prétes à morinô celous invahisseûrs crétiens pa gardô liou cultura, lious abitudes et celes-qui de lious anciens. Et in mémo timps qu’ièles, tota la natura beûrle et se laminte in vayant tot ce que le touont et abosont à causa d’ina religion qu’i diont que l’é révélô et que vint dou Levant. O i é d’abôr lo timps de se battre, é o n’i a parsona que s’inmodera pa ne pô alô à la garra qu’o fôt menô pa celous timps fran rudos.

Arrimé, o vivé dins celu valon depué son plu jouéno ajo ina brôva ondina qu’il apelôvont Aurora. Il i ayant donô celu nom pasque si quôquin l’aparceveut, a n’ayeut tot pa in cou lo queûr réjoyi et l’ôma in féta, que sa parsona se montrôve si amabla et plèna de bontô. Pa celu peûplo de créatures magiques que demorôvont dins la vardura et l’ombra dou valon, l’éte tant se pou liou trésor, liou richessi secreta, et tot lo mondo, dou matru géni que viveut dins la mossa dous ébros jusqu’ou métro dou boué que govarnôve tota cela valé et qu’il apelôvont lo sarvan, l’adorôvont et il ariant donô jusqu’à liou via pa ièla.

Dijà quand l’éte miya, Aurora, ninfa de la reviri Yzeron, étye amoreûsa d’Alexandro, ondin de la reviri jugnant, lo Garon, et tous lous dous s’amôvont de mémo. Alexandro étye in fran biau jouéno omo, amablo, généreus, et son corajo teneut toujor bon. Bintou, come lous dous ondins devindriant adultos, on poreut lous mariô, et dins tot lo valon, on intindeut le gins que se betôvon à l’oura pa lo mariajo. De parins et de cusins vindriant de tota la Gaula et dous payis jugnant que subéssiant étot l’espansionismo crétien.

Adon, in sègneûr crétien, in chivayi, arrivé dins lo valon. O i étye in noblo crétien que charchôve de noveles tarres à convarté et devès de brôves miyes dou payis à inlevô pa les inmenô dins sa demoranci pa son propro plèsé. In effat, quand mémo qu’al étye in sègneûr crétien, a voleut surtout prindre de noveles tarres, amassô de que devené richo et trovô de jouénes fenes pa lo plèsé d’amour. A veneut de la vila de Lugdunum, tot pré d’ilè, mé ne conusseut pô rin celu coin de campagni qu’al ayeut d’abôr decuvart in se parmenant et charchant de noveles ocasions amoreuses et onque a s’étye prometu de revené.

A viricotôve à chivau dins lo valon depué in momint et al ayet sintu d’abôr qu’ina pitita ora soflôve dins l’ar et qu’o corateut sos lous ébros, come si o i ayeut sequines parsones ou êtres sins contors qu’apinchôvont attenant ce que lo chivayi étye aprés fére, cachis dins l’ombra de le brondes.
Fulvus, lo chivayi, n’étye pô fran rassurô pa tota cela surviyanci discreta et invisibla mé de tota façon çartèna que lo suéveut, et a se betôve in pou à zieutô de tous lous lôs come si a s’atindeut à se fére gropô à chôque momint.

Et pué, tot pa in coup, a la vayé, cela biautô sins pariyi, et o li fésé come in coup de sang. A fut implu d’in’invia sarvaji et sins limita, o li faleut absolumint et attenant avè cela biautô, quand mémo qu’a durieut petafinô tot lo payis pa l’inlevô !
Aurora – o i étye cela miya – s’étye arrêtô in momint à la Detorba, et révôve, assetô ou bôr de la reviri, le sonjôve à Alexandro et à so mariajo qu’aprochôve. Tot pa in coup, o se fésit tot nè dins lo ciar et o i simblé come si ina grand ombra nèri, môvésa et pouéssanta, li soutôve aprés. L’uré lous is et vayé lo sègneûr Fulvus qu’ayeut betô son chivau ou galop et se jitôve vé ièla, suramint pa l’inlevô. Aurora se meté à codre come le n’ayeut pincore coru, codre pa consarvô sa via et son amour, codre pa parô cela bétia sarvaji que lo chivayi étye devenu.

Oussitou, in’ora violanta se levé, lo ciar se fesé to nè et d’éluides cominçôvont à se fére vère et intindre. Lo vint beurlôve dins lous ébros come in loup inmayici, et de tous lous coutôs, le branches se levôvont come de brés pa impachi lo chivayi de codre sins frin pa gropô Aurora. La plévi chayeut, chayeut, sins chômô, et l’éga de la reviri coflôve, coflôve, et le voleut d’abôr passô pa dessus sous bôrds. Sos lous ébros, on intindeut totes sôrtes de beurlés et de brus étranjos, come si o i ayeut tota in’armé que se preparôve à soutô apré lo seigneûr Fulvus.
Aurora coreut sins s’arrêtô, coreut à nin padre l’alèna, et lo chivayi simblôve toujor vené plus prés, quant tot pa in coup, in éluide chayé fran davan son chivau. Lo chivau souté, lo chivayi chayé et sa béti modé ou triplo galop, fran afolô pa causa de tous celous fénoménos. La natura tota intiri s’enmayiçôve contra l’intreprèsa dou seigneûr crétien, et celu-qui, quand mémo qu’a voleut avè Aurora par-se et qu’a nin preneut complètamint les ébariaudes, se rendé d’abôr contio qu’o n’étye pô in’orajo ordinéro, mé ina colére de le fôrces de la natura davan son intreprèsa mayiciousa. Orindrè, sins sa bétia, avisant la timpéta que se féseut toujor plu fôrta, tot pa in coup, a prené pou, et cela pou li fésé vère ce que se passôve.
Totes le fôrces magiques dou valon s’étiant betés aprés lué, et totes celes créatures féeriques n’atindiant qu’in signo de liou métro pa i soutô apré, tot soleut, et sins chivau. Arrimé, in novel éluide chayé davant lué, et a lo vayé, lo vrè seigneûr dou payis, et de lo vère, o l’apouré tot inti.
O i étye in être fran grand, avoué de pis de chura, in pitro et ina téta d’omo, de boués de çar à la çuma de la téta. Sous is brulôvont come de fueu et simblôvont lo travarsô, et al intindé cliaramint cela frasi résonô dins sa téta : « Me, lo sarvan, que je sué sègneûr de celu pays, je te comando de modô si te tins à la via, moda, o i é incore timps ! »
Oussitou, sins atindre in instant, lo chivayi coré oussi vito que se chambes poyant lo portô et sins rin avisô darri-se.
Dou momint que lo chivayi fut modô, lo ciar s’ecliarzé, la timpéta se calmé et lous brus dins lo boué se quéséront. Aurora, vayant que lo solè étye revenu et que l’orajo étye finé, le s’arrêté de codre come ina fola. L’avisé d’in-ôt vé lous boués jugnant et vayé tota ina tropa de créatures magiques que veniant vé ièla, et davant totes celes gins, Alexandro, son amoreus, et lo sègneûr sarvan.
Vayant quien, le fut imploua de guétô et de bonheûr, et o fut come si la natura tot intiri se réjoyisseut avoué ièla et que sa biautô briyôve toujor mé.
La sérénitô et lo calmo étiant d’abôr revenus dins lo valon inchantô et il avancéront à durô incore fran longtimps. O se pout que lo pitit peûplo magiquo de celous timps é incore vicant dans cela valé et qu’on pout incore l’aparcevêtre, si nontron queûr n’a gin oubliyi lo mondo de le fayes et dous inchanteûrs.

La colère du servan.

C’est un frais vallon, niché dans une petite région verdoyante de collines et de monts. On est aux premiers temps où le christianisme a été déclaré religion d’Etat par l’empereur romain, et bientôt le christianisme deviendra obligatoire sous peine de mort.
Cependant, dans les campagnes, la révolte gronde et s’organise. Les divinités de la nature, les créatures magiques des lacs et des forêts, qui peuplent les espaces ruraux à l’époque, ne sont pas du tout décidées à se laisser faire de la sorte. Elles sont prêtes à combattre pied à pied, eux qui vivent dans ces régions champêtres, où aucun homme n’a jamais mis le pied, depuis des milliers et des milliers d’années. Elles sont prêtes à se battre contre ces envahisseurs chrétiens pour sauvegarder leur culture, leurs us et coutumes et ceux de leurs ancêtres. Et avec elles, la nature toute entière pleure et se lamente devant tous ces massacres et ces destructions au nom d’une religion prétendument révélée, venue d’Orient. Le temps est venu du combat, et personne ne se dérobera devant cette issue guerrière, devenue inévitable par la rudesse des temps.

Or donc vivait dans ce vallon, depuis son plus jeune âge, une belle ondine, nommée Aurore. Elle avait été nommée ainsi, car quiconque la voyait en avait instantanément le cœur réjoui et l’âme en fête, tant sa personnalité rayonnait d’amabilité et de bonté. Pour le peuple de créatures magiques, qui vivaient dans ce vallon verdoyant et ombreux, elle était un peu leur trésor, leur richesse secrète, et tous, depuis l’humble génie qui vivait dans les mousses des arbres, jusqu’au chef de la forêt, qui gouvernait toute cette vallée, et qu’on appelait le servan, l’adoraient et auraient donné jusqu’à leur vie pour elle.

Depuis l’enfance, Aurore, nymphe de la rivière Yzeron, était amoureuse d’Alexandre, ondin de la rivière voisine, le Garon, et cet amour était réciproque. Alexandre était un fort beau jeune homme, aimable, au cœur généreux et dont le courage était sans faille. Bientôt, les deux ondins arrivant à l’âge adulte, leurs noces seraient célébrées, et tout le vallon bruissait des préparatifs du mariage. Des parents et cousins viendraient de toute la Gaule, et des contrées alentours, elles aussi en butte à l’expansionnisme chrétien.

C’est alors qu’un seigneur chrétien, un chevalier, arriva dans le vallon. C’était un noble chrétien à l’affût de nouvelles terres à évangéliser et, éventuellement, des jeunes beautés de l’endroit à enlever pour les emmener dans sa demeure pour son plaisir personnel. Car, tout seigneur chrétien qu’il était, il était avant tout mené par le désir de conquérir de nouvelles terres, l’appétit de richesses matérielles, et l’envie de jeunes femmes pour servir à son plaisir sexuel. Venu de la ville proche de Lugdunum, il ne connaissait rien à ce coin de campagne, qu’il avait découvert, il y a peu de temps, en se promenant à la recherche de nouvelles opportunités de conquêtes et où il s’était promis de revenir.

Il circulait à cheval dans le vallon depuis un moment et il avait remarqué, depuis quelque temps, un frémissement dans l’air, une agitation dans les sous-bois, comme si un certain nombre de personnes ou d’êtres indéfinissables, observaient sans cesse ces faits et gestes, cachés dans l’ombre des frondaisons.
Fulvus, le chevalier, n’était pas très rassuré par toute cette surveillance, discrète et invisible, mais néanmoins certaine, qui s’exerçait sur lui et il commençait un peu à jeter des coups d’œil de tous côtés, comme s’il s’attendait à être assailli d’un moment à l’autre.

Et puis, tout d’un coup, il la vit, elle, cette beauté sans pareille, et son sang ne fit qu’un tour ! Une onde de désir, de désir sauvage et sans limite déferla en lui, cette beauté, il la lui fallait absolument et sans délai, dût-il ravager la région entière pour l’enlever !!
Aurore, car c’était elle, s’était arrêté un moment à la Détorbe, et rêvait assise, au bord du ruisseau, elle pensait à Alexandre et à ses noces proches. Soudain, l’horizon s’obscurcit, et il lui sembla qu’une grande ombre noire, maléfique et puissante, s’élançait vers elle. Elle ouvrit les yeux et vit le seigneur Fulvus, qui avait lancé son cheval au galop, avançant à bride abattue vers elle, dans l’intention manifeste de l’enlever. Aurore commença de courir comme elle n’avait couru, courir pour sauver sa vie et son amour, courir pour échapper à cette bête furieuse qu’était devenue le chevalier.

Aussitôt, un vent violent s’éleva, le ciel s’obscurcit et des rumeurs de tonnerre et des lueurs d’orages commençaient à se faire voir et entendre. Le vent mugissait dans les arbres comme un loup furieux, et de partout, les branches s’élançaient comme des bras pour ralentir le chevalier dans sa course effrénée pour capturer Aurore. La pluie tombait, tombait, en trombes interrompues, et le cours de la rivière enflait, enflait et menaçait de déborder de son lit. Dans les sous-bois, on entendait toutes sortes de cris et de bruits étranges, comme si une armée entière était prête à déferler sur le seigneur Fulvus.
Aurore courait encore et toujours, courait à perdre haleine et le chevalier semblait toujours se rapprocher un peu plus, quand soudain la foudre tomba juste devant son cheval. Le cheval se cabra, le chevalier tomba et sa monture s’enfuit au triple galop, complètement affolée devant les éléments déchaînés. La nature toute entière se révoltait devant l’entreprise du seigneur chrétien, et celui-ci, bien qu’encore complètement possédé et aveuglé par son désir d’Aurore, commença à se rendre compte que ce n’était pas là un orage ordinaire, mais bien une colère des forces naturelles devant son entreprise funeste. Et là, sans monture, face à une tempête qui montait sans cesse en puissance, il prit tout d’un coup peur, et cette peur lui dessilla enfin les yeux.
Toutes les forces magiques du vallon étaient en lutte contre lui, et toutes ces créatures féeriques n’attendaient qu’un signe de leur chef pour déferler contre lui, seul, et sans cheval. Tout d’un coup, un nouvel éclair éclata devant lui, et il le vit, le vrai seigneur de la contrée, et cette vision le terrifia tout à fait.
C’était un être de grande taille, aux pieds de chèvre, au torse et à la tête d’homme, avec des bois de cerf au sommet de la tête. Ses yeux flamboyaient et semblaient le transpercer de part en part, et il entendit clairement cette phrase résonner dans sa tête : « Moi, le servan, seigneur de ce pays, je t’ordonne de partir si tu tiens à la vie, pars, il en est encore temps » !
Aussitôt, sans attendre un seul instant, le chevalier s’enfuit aussi vite que ses jambes pouvaient le porter et sans jeter un seul coup d’œil en arrière.
Dès que le chevalier fut parti, le ciel s’éclaircit, la tempête retomba et les rumeurs dans les sous-bois cessèrent. Aurore, voyant que le soleil était réapparu et que l’orage avait cessé, s’arrêta dans sa course éperdue. Elle leva les yeux vers les sous-bois proches et vit toute une foule de créatures magiques qui venaient à sa rencontre, au premier rang desquelles Alexandre, son amoureux et le seigneur servan.
La joie et le bonheur, à cette vue, affluèrent de nouveau en son cœur et il lui sembla que la nature toute entière se réjouissait avec elle et qu’elle resplendissait d’une beauté accrue.
La sérénité et le calme étaient enfin revenus dans le vallon enchanté, et ils perdurèrent encore très très longtemps. Peut-être que le petit peuple magique de ces temps-là vit encore dans cette vallée, et que l’on peut encore l’apercevoir, si notre cœur n’a point oublié le monde de la féerie et des enchantements.

Vue

Vue

Enfance.
Ne possédant nulle antéhistoire qui pourrait encombrer leur esprit, les petits enfants sont de purs philosophes. 1944 : je suis en moi, mon regard prend possession du monde qui est devant moi au ras du sol, et je vois mon aîné, avec à l’arrière-plan l’ombre de mes parents, trop grands pour que je les appréhende. C’est surtout mon frère qui m’intéresse et que je vois du fond des arcades de mes yeux. Comme je ne connais en fait que moi, je construis ce monde en m’affirmant que je suis préexistant à mon frère, et que c’est moi, par mon regard qui le voit sous les arcades de mes yeux, qui le crée. Je préexiste à tout ce qui est devant moi, donc à tout. L’enfant se construit en construisant le monde.