prêtres

Prêtres.
Mon enfance, mon adolescence sont entourées de prêtres, toujours reconnaissables à leur soutane noire, qu’ils ne doivent jamais ôter. Il y a les curés et vicaires, chargé du service paroissial, les aumôniers de mouvements divers – A.C.I., J.E.C., Louveteaux, Scouts, Jeannettes et Guides -, les séculiers et les réguliers (ces derniers, essentiellement les Jésuites, ont une large ceinture noire à la hauteur des reins), et les aumôniers officiant dans les Lycées. Les Lycées sont alors des établissements où l’on entre sur examen, commençant en 6e et se terminant par les deux baccalauréats (1e et terminale), prolongés pour certains par les classes préparatoires au Grandes Écoles ou aux Écoles d’Officiers. Traditionnellement, les aumôniers catholiques y ont leur place, avec, pour la symétrie, les pasteurs protestants et les grands rabbins, qui n’ont pour leur part aucun local réservé au lycée du Parc, que nous fréquentons, mon aîné et moi.

Prêtres