Sainte Luce et Saint Clair

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sainti Luci et san Quiâr

Pelè vé l’an mila, on se beté à curé nontros payis « d’in blanc mantiau d’elises ». Vé chino, fran la çuma d’in cri viri vé lo levant, o i aye quâques cambuses de boué et de tarra, cuvartes de branches de ginè et de bruéres, d’onque on vayet ina grand plana avoué de payis, de revires, de molârs, de borgs, jusqu’ou bot onque se dressâvon de montagnes totes blanches de gliacis et de nè. A châ lous madins, lo solè sortet de darri lo gla et charfâve et equiarzet attenant lo ciar et la tarra jusqu’ou cri avoué se metruës cabanes.

In’abbé vené et decidé de bâti ilè in’elisi qu’al appelé « sainti Luci », que çu nom volet dére câzé « sainti lumiri ».Outor de le mésons, o i ut ina murayi de pires. O fut don lo borg de Sainti-Luci.

A in’ura ou duë dilè, su in replat, in bargi, lo Piti Loyi, gardâve lous montons de son pâre, lo Grand Loyi, que tenet ina farma jugnant. O i ayet pro de prâs avoué de bèla arba pa champayi tous lous montons. Ou pi d’ina bârma, ina font baillâve d’éga qu’impluyet na sarva onque le bétyes s’aburâvon. Mé nontron Piti Loyi ayet bien à afanâ, que pâ bien loin, in grand boué devalâve de l’outro lâ de la montagni, onque de loups, de bruzin-nè à la piqua dou jor, drè qu’o jalâve ou qu’o chayet de nè, fésiant de borlés sarvages, mémo devès quand lo timps éte chaud.

Quand lo Piti Loyi intrumâve se bétyes dins liou parco pa le betâ à l’ouriou, si a ne prenet pâ bien gârda, lous loups gropâvon quâques fayes ou agneaux. Iquien l’inmalyiçâve, et la nè segant, avoué sous dous chins, a ne dormet guéro, pa parâ lous loups, et tenet adon son bâton à duës mans, apinchant lo bôrd dou boués.

In devèssè, onque lous loups se quésiant, a vayé pâ bien loin sos lous ébros ina gran, gran loua que l’avisâve de sous is farouchos. A levé sa tavèla, mé a s’aparcevé que l’ayet dins son groin ina pitita bola borroua, que le posé dins l’arba davant lous pi de nontron Piti Loyi. A viré lo dous, fésant simblant qu’a n’aret rin vu, et quand a se retorné, la loua éte modâ et a trové cela pitita bola, qu’al amassé. Intre sous brâs, le bouligâve et borlâve à bâs bru. O i éte in piti loup, mé sous is étiant sarrâ, come si al éte avoyo. A lo porté à la font et i bassoyé lous is, tandi que la metroua béti lichâve l’éga frèchi avoué sa pitita linga rousa.

A radusé la béti onqu’a l’ayet prèsa, et la retrové lo devèssè segant, jusqu’ou jor onque l’uré infin lous is et que la mâre la pregné sin bru et l’inmené avoué-se. Et lous loups ne revenéron plus ! On lous intindet loin, d’in bâ de la montagni, lâvar, dins lous grands boués.

Lo Grand Loyi, son pâre, conté tot icin à sous vusins, que zou contéron à liou vusins, que lous jors segants, o vené in cuchon de gins de la parochi et mémo de totes le paroches intor, de qu’ayant lous is cirous, que borniquetâvon, que preniant de gonfles pa de lantarnes et de pales pa de râtès, et i veniant se bassoilli lous is tant qu’i garèssèssiant. Lo Grand Loyi ayet pro à fére pa lous betâ à la souta so son chapit ou dins in coin de sous etrâblos.

O i éte câsé in mirâquio pa le gins, et il apeléron la font dou nom de san Quiâr, qu’éte lo saint que garèsset dous mâs de la vuya. Adon, nontron Pitit Loyi decidé, avoué lous metrus liârds que lous malados ayant jitâ din la sarva, de fére fére ina figura dou saint pa l’elisi de Sainti Luci. A chusèssé in grous morciau de pira blanchi et nèri, et in’artisto i fésé lo saint, avoué sa mitra, son bâton de bargi, sa grand roba et in plat qu’a tenet davan-se avoué sous dous is dessus. Le mauvéses lingues troviant qu’a liou sarvèsset dous uës fréts, mé i ne zou désiant pâ trop fôrt.

O i é comicin que dins cel’elisi tota équiarzia dou solè levant, la jouéna sainti Luci et lo vieu san Quiâr accoyont depués mila ans le gins que venont liou dére bonjor.

Sainte Luce et saint Clair

Aux environs de l’an mil, on commença à couvrir nos pays « d’un blanc manteau d’églises ». Chez nous, au sommet d’une colline tournée vers le levant, il y avait quelques chaumières de bois et de terre couvertes de branches de genêts et de bruyères, d’où on voyait une grande plaine avec des villages, rivières, hauteurs et bourgs, jusqu’au bout où se dressaient des montagnes toutes blanches de glaciers et de neige. Matin après matin, le soleil sortait de derrière les glaces et chauffait et illuminait sans cesse le ciel et la terre jusqu’à la colline et ses petites masures.

Un abbé vint et décida de bâtir en ce lieu une église qu’il appela « sainte Luce », car ce nom signifiait pour ainsi dire « sainte lumière ». Autour des maisons, il y eut une muraille de pierres. Ce fut donc le bourg de Sainte-Luce.

A une heure ou deux de là, sur un plateau, un berger, le Petit Louis, gardait les moutons de son père, le Grand Louis, qui tenait une ferme à proximité. Il y avait là assez de prés avec de belle herbe pour faire paître tous les moutons. Au pied d’un talus, une fontaine donnait de l’eau qui emplissait un bassin où les bêtes s’abreuvaient. Mais notre Petit Louis avait fort à faire, car non loin de là, une grande forêt descendait de l’autre côté de la montagne, où des loups, du crépuscule au point du jour, dès qu’il gelait ou qu’il neigeait, poussaient de grands hurlements, même parfois quand le temps était chaud.

Quand le Petit Louis faisait entrer ses bêtes dans leur parc pour les mettre à l’abri, s’il ne prenait pas bien garde, les loups attrapaient quelques brebis ou agneaux. Il en était furieux, et la nuit suivante, avec ses deux chiens, il ne dormait guère, pour écarter les loups, tenant alors son bâton à deux mains et guettant l’orée de la forêt.

Un soir où les loups se taisaient, il vit non loin sous les arbres une grande, grande louve qui le fixait de ses yeux féroces. Il leva sa trique, mais s’aperçut qu’elle tenait dans sa gueule une petite boule de poils, qu’elle posa dans l’herbe devant les pieds de notre Petit Louis. Il tourna le dos, faisant semblant de n’avoir rien vu, et quand il se retourna, la louve était partie et il trouva cette petite boule, qu’il ramassa. Entre ses bras, elle gigotait et gémissait doucement. C’était un petit loup, mais ses yeux étaient fermés comme s’il était aveugle. Il le porta à la fontaine et lui mouilla les yeux, tandis que la petite bête lapait l’eau fraiche de se petite langue rose.

Il rapporta la bête à l’endroit où il l’avait prise, et la retrouva le soir suivant, jusqu’au jour où elle ouvrit enfin les yeux et où la mère la prit en silence et l’emmena avec elle. Et les loups ne revinrent plus ! On les entendait au loin, au pied de la montagne, là-bas dans les grandes forêts.

Le Grand Louis, son père, raconta tout cela à ses voisins, qui le racontèrent à leurs voisins, si bien que les jours suivants, il vint une foule de gens de la paroisse et même de toutes les paroisses d’alentour, des gens qui avaient les yeux chassieux, des myopes, d’autres qui prenaient des vessies pour des lanternes et des pelles pour des râteaux, et ils venaient se tremper les yeux jusqu’à ce qu’ils guérissent. Le Grand Louis avait assez à faire pour les loger à l’abri sous sa remise ou dans un coin de ses étables.

C’était presque un miracle pour les gens, et ils appelèrent la fontaine du nom de saint Clair, qui était le saint qui guérissait des maux de la vue. Alors notre Petit Louis décida, avec les piécettes que les malades avaient jetées dans le bassin, de faire faire une statue du saint pour l’église de Sainte-Luce. Il choisit un gros bloc de pierre blanche et noire, et un artiste lui fit le saint avec sa mitre, sa crosse de pasteur, sa grande robe et un plat qu’il tenait devant lui avec ses deux yeux posés dessus. Les mauvaises langues trouvaient qu’il leur servait deux œufs frits, mais ils ne le disaient pas trop fort.

C’est ainsi que dans cette église tout illuminée du soleil levant, la jeune sainte Luce et le vieux saint Clair accueillent depuis mille ans les gens qui viennent leur dire bonjour.

La colére dou sarvan


l'Yzeron à Planche- Billet 10 août 2019 lightroom

O i é in fré valon, ou mitan d’in pitit payi vardayant de bôrmes et de cris. Je sons ous parmis timps onque lo cristianismo é étô decliarô religion d’Etat pa l’impereûr romain, et bintou, lo cristianismo devindra obligatoiro sos pèna de môrt.
In mémo timps, dins le campagnes, le gins s’inmayiçont et s’organisont. Le divinitôs de la natura, le créatures magiques de les égues et dous boués, que demoront adon dins le brosses et le bruéres, n’ant fran pô invia de se léssi fére comicin. Le sont prétes à chapotô attenant, qu’i vivont dins celes régions champétres onque jamé omo n’a betô lo pi, depué mila et mila sésons. Le sont prétes à morinô celous invahisseûrs crétiens pa gardô liou cultura, lious abitudes et celes-qui de lious anciens. Et in mémo timps qu’ièles, tota la natura beûrle et se laminte in vayant tot ce que le touont et abosont à causa d’ina religion qu’i diont que l’é révélô et que vint dou Levant. O i é d’abôr lo timps de se battre, é o n’i a parsona que s’inmodera pa ne pô alô à la garra qu’o fôt menô pa celous timps fran rudos.

Arrimé, o vivé dins celu valon depué son plu jouéno ajo ina brôva ondina qu’il apelôvont Aurora. Il i ayant donô celu nom pasque si quôquin l’aparceveut, a n’ayeut tot pa in cou lo queûr réjoyi et l’ôma in féta, que sa parsona se montrôve si amabla et plèna de bontô. Pa celu peûplo de créatures magiques que demorôvont dins la vardura et l’ombra dou valon, l’éte tant se pou liou trésor, liou richessi secreta, et tot lo mondo, dou matru géni que viveut dins la mossa dous ébros jusqu’ou métro dou boué que govarnôve tota cela valé et qu’il apelôvont lo sarvan, l’adorôvont et il ariant donô jusqu’à liou via pa ièla.

Dijà quand l’éte miya, Aurora, ninfa de la reviri Yzeron, étye amoreûsa d’Alexandro, ondin de la reviri jugnant, lo Garon, et tous lous dous s’amôvont de mémo. Alexandro étye in fran biau jouéno omo, amablo, généreus, et son corajo teneut toujor bon. Bintou, come lous dous ondins devindriant adultos, on poreut lous mariô, et dins tot lo valon, on intindeut le gins que se betôvon à l’oura pa lo mariajo. De parins et de cusins vindriant de tota la Gaula et dous payis jugnant que subéssiant étot l’espansionismo crétien.

Adon, in sègneûr crétien, in chivayi, arrivé dins lo valon. O i étye in noblo crétien que charchôve de noveles tarres à convarté et devès de brôves miyes dou payis à inlevô pa les inmenô dins sa demoranci pa son propro plèsé. In effat, quand mémo qu’al étye in sègneûr crétien, a voleut surtout prindre de noveles tarres, amassô de que devené richo et trovô de jouénes fenes pa lo plèsé d’amour. A veneut de la vila de Lugdunum, tot pré d’ilè, mé ne conusseut pô rin celu coin de campagni qu’al ayeut d’abôr decuvart in se parmenant et charchant de noveles ocasions amoreuses et onque a s’étye prometu de revené.

A viricotôve à chivau dins lo valon depué in momint et al ayet sintu d’abôr qu’ina pitita ora soflôve dins l’ar et qu’o corateut sos lous ébros, come si o i ayeut sequines parsones ou êtres sins contors qu’apinchôvont attenant ce que lo chivayi étye aprés fére, cachis dins l’ombra de le brondes.
Fulvus, lo chivayi, n’étye pô fran rassurô pa tota cela surviyanci discreta et invisibla mé de tota façon çartèna que lo suéveut, et a se betôve in pou à zieutô de tous lous lôs come si a s’atindeut à se fére gropô à chôque momint.

Et pué, tot pa in coup, a la vayé, cela biautô sins pariyi, et o li fésé come in coup de sang. A fut implu d’in’invia sarvaji et sins limita, o li faleut absolumint et attenant avè cela biautô, quand mémo qu’a durieut petafinô tot lo payis pa l’inlevô !
Aurora – o i étye cela miya – s’étye arrêtô in momint à la Detorba, et révôve, assetô ou bôr de la reviri, le sonjôve à Alexandro et à so mariajo qu’aprochôve. Tot pa in coup, o se fésit tot nè dins lo ciar et o i simblé come si ina grand ombra nèri, môvésa et pouéssanta, li soutôve aprés. L’uré lous is et vayé lo sègneûr Fulvus qu’ayeut betô son chivau ou galop et se jitôve vé ièla, suramint pa l’inlevô. Aurora se meté à codre come le n’ayeut pincore coru, codre pa consarvô sa via et son amour, codre pa parô cela bétia sarvaji que lo chivayi étye devenu.

Oussitou, in’ora violanta se levé, lo ciar se fesé to nè et d’éluides cominçôvont à se fére vère et intindre. Lo vint beurlôve dins lous ébros come in loup inmayici, et de tous lous coutôs, le branches se levôvont come de brés pa impachi lo chivayi de codre sins frin pa gropô Aurora. La plévi chayeut, chayeut, sins chômô, et l’éga de la reviri coflôve, coflôve, et le voleut d’abôr passô pa dessus sous bôrds. Sos lous ébros, on intindeut totes sôrtes de beurlés et de brus étranjos, come si o i ayeut tota in’armé que se preparôve à soutô apré lo seigneûr Fulvus.
Aurora coreut sins s’arrêtô, coreut à nin padre l’alèna, et lo chivayi simblôve toujor vené plus prés, quant tot pa in coup, in éluide chayé fran davan son chivau. Lo chivau souté, lo chivayi chayé et sa béti modé ou triplo galop, fran afolô pa causa de tous celous fénoménos. La natura tota intiri s’enmayiçôve contra l’intreprèsa dou seigneûr crétien, et celu-qui, quand mémo qu’a voleut avè Aurora par-se et qu’a nin preneut complètamint les ébariaudes, se rendé d’abôr contio qu’o n’étye pô in’orajo ordinéro, mé ina colére de le fôrces de la natura davan son intreprèsa mayiciousa. Orindrè, sins sa bétia, avisant la timpéta que se féseut toujor plu fôrta, tot pa in coup, a prené pou, et cela pou li fésé vère ce que se passôve.
Totes le fôrces magiques dou valon s’étiant betés aprés lué, et totes celes créatures féeriques n’atindiant qu’in signo de liou métro pa i soutô apré, tot soleut, et sins chivau. Arrimé, in novel éluide chayé davant lué, et a lo vayé, lo vrè seigneûr dou payis, et de lo vère, o l’apouré tot inti.
O i étye in être fran grand, avoué de pis de chura, in pitro et ina téta d’omo, de boués de çar à la çuma de la téta. Sous is brulôvont come de fueu et simblôvont lo travarsô, et al intindé cliaramint cela frasi résonô dins sa téta : « Me, lo sarvan, que je sué sègneûr de celu pays, je te comando de modô si te tins à la via, moda, o i é incore timps ! »
Oussitou, sins atindre in instant, lo chivayi coré oussi vito que se chambes poyant lo portô et sins rin avisô darri-se.
Dou momint que lo chivayi fut modô, lo ciar s’ecliarzé, la timpéta se calmé et lous brus dins lo boué se quéséront. Aurora, vayant que lo solè étye revenu et que l’orajo étye finé, le s’arrêté de codre come ina fola. L’avisé d’in-ôt vé lous boués jugnant et vayé tota ina tropa de créatures magiques que veniant vé ièla, et davant totes celes gins, Alexandro, son amoreus, et lo sègneûr sarvan.
Vayant quien, le fut imploua de guétô et de bonheûr, et o fut come si la natura tot intiri se réjoyisseut avoué ièla et que sa biautô briyôve toujor mé.
La sérénitô et lo calmo étiant d’abôr revenus dins lo valon inchantô et il avancéront à durô incore fran longtimps. O se pout que lo pitit peûplo magiquo de celous timps é incore vicant dans cela valé et qu’on pout incore l’aparcevêtre, si nontron queûr n’a gin oubliyi lo mondo de le fayes et dous inchanteûrs.

La colère du servan.

C’est un frais vallon, niché dans une petite région verdoyante de collines et de monts. On est aux premiers temps où le christianisme a été déclaré religion d’Etat par l’empereur romain, et bientôt le christianisme deviendra obligatoire sous peine de mort.
Cependant, dans les campagnes, la révolte gronde et s’organise. Les divinités de la nature, les créatures magiques des lacs et des forêts, qui peuplent les espaces ruraux à l’époque, ne sont pas du tout décidées à se laisser faire de la sorte. Elles sont prêtes à combattre pied à pied, eux qui vivent dans ces régions champêtres, où aucun homme n’a jamais mis le pied, depuis des milliers et des milliers d’années. Elles sont prêtes à se battre contre ces envahisseurs chrétiens pour sauvegarder leur culture, leurs us et coutumes et ceux de leurs ancêtres. Et avec elles, la nature toute entière pleure et se lamente devant tous ces massacres et ces destructions au nom d’une religion prétendument révélée, venue d’Orient. Le temps est venu du combat, et personne ne se dérobera devant cette issue guerrière, devenue inévitable par la rudesse des temps.

Or donc vivait dans ce vallon, depuis son plus jeune âge, une belle ondine, nommée Aurore. Elle avait été nommée ainsi, car quiconque la voyait en avait instantanément le cœur réjoui et l’âme en fête, tant sa personnalité rayonnait d’amabilité et de bonté. Pour le peuple de créatures magiques, qui vivaient dans ce vallon verdoyant et ombreux, elle était un peu leur trésor, leur richesse secrète, et tous, depuis l’humble génie qui vivait dans les mousses des arbres, jusqu’au chef de la forêt, qui gouvernait toute cette vallée, et qu’on appelait le servan, l’adoraient et auraient donné jusqu’à leur vie pour elle.

Depuis l’enfance, Aurore, nymphe de la rivière Yzeron, était amoureuse d’Alexandre, ondin de la rivière voisine, le Garon, et cet amour était réciproque. Alexandre était un fort beau jeune homme, aimable, au cœur généreux et dont le courage était sans faille. Bientôt, les deux ondins arrivant à l’âge adulte, leurs noces seraient célébrées, et tout le vallon bruissait des préparatifs du mariage. Des parents et cousins viendraient de toute la Gaule, et des contrées alentours, elles aussi en butte à l’expansionnisme chrétien.

C’est alors qu’un seigneur chrétien, un chevalier, arriva dans le vallon. C’était un noble chrétien à l’affût de nouvelles terres à évangéliser et, éventuellement, des jeunes beautés de l’endroit à enlever pour les emmener dans sa demeure pour son plaisir personnel. Car, tout seigneur chrétien qu’il était, il était avant tout mené par le désir de conquérir de nouvelles terres, l’appétit de richesses matérielles, et l’envie de jeunes femmes pour servir à son plaisir sexuel. Venu de la ville proche de Lugdunum, il ne connaissait rien à ce coin de campagne, qu’il avait découvert, il y a peu de temps, en se promenant à la recherche de nouvelles opportunités de conquêtes et où il s’était promis de revenir.

Il circulait à cheval dans le vallon depuis un moment et il avait remarqué, depuis quelque temps, un frémissement dans l’air, une agitation dans les sous-bois, comme si un certain nombre de personnes ou d’êtres indéfinissables, observaient sans cesse ces faits et gestes, cachés dans l’ombre des frondaisons.
Fulvus, le chevalier, n’était pas très rassuré par toute cette surveillance, discrète et invisible, mais néanmoins certaine, qui s’exerçait sur lui et il commençait un peu à jeter des coups d’œil de tous côtés, comme s’il s’attendait à être assailli d’un moment à l’autre.

Et puis, tout d’un coup, il la vit, elle, cette beauté sans pareille, et son sang ne fit qu’un tour ! Une onde de désir, de désir sauvage et sans limite déferla en lui, cette beauté, il la lui fallait absolument et sans délai, dût-il ravager la région entière pour l’enlever !!
Aurore, car c’était elle, s’était arrêté un moment à la Détorbe, et rêvait assise, au bord du ruisseau, elle pensait à Alexandre et à ses noces proches. Soudain, l’horizon s’obscurcit, et il lui sembla qu’une grande ombre noire, maléfique et puissante, s’élançait vers elle. Elle ouvrit les yeux et vit le seigneur Fulvus, qui avait lancé son cheval au galop, avançant à bride abattue vers elle, dans l’intention manifeste de l’enlever. Aurore commença de courir comme elle n’avait couru, courir pour sauver sa vie et son amour, courir pour échapper à cette bête furieuse qu’était devenue le chevalier.

Aussitôt, un vent violent s’éleva, le ciel s’obscurcit et des rumeurs de tonnerre et des lueurs d’orages commençaient à se faire voir et entendre. Le vent mugissait dans les arbres comme un loup furieux, et de partout, les branches s’élançaient comme des bras pour ralentir le chevalier dans sa course effrénée pour capturer Aurore. La pluie tombait, tombait, en trombes interrompues, et le cours de la rivière enflait, enflait et menaçait de déborder de son lit. Dans les sous-bois, on entendait toutes sortes de cris et de bruits étranges, comme si une armée entière était prête à déferler sur le seigneur Fulvus.
Aurore courait encore et toujours, courait à perdre haleine et le chevalier semblait toujours se rapprocher un peu plus, quand soudain la foudre tomba juste devant son cheval. Le cheval se cabra, le chevalier tomba et sa monture s’enfuit au triple galop, complètement affolée devant les éléments déchaînés. La nature toute entière se révoltait devant l’entreprise du seigneur chrétien, et celui-ci, bien qu’encore complètement possédé et aveuglé par son désir d’Aurore, commença à se rendre compte que ce n’était pas là un orage ordinaire, mais bien une colère des forces naturelles devant son entreprise funeste. Et là, sans monture, face à une tempête qui montait sans cesse en puissance, il prit tout d’un coup peur, et cette peur lui dessilla enfin les yeux.
Toutes les forces magiques du vallon étaient en lutte contre lui, et toutes ces créatures féeriques n’attendaient qu’un signe de leur chef pour déferler contre lui, seul, et sans cheval. Tout d’un coup, un nouvel éclair éclata devant lui, et il le vit, le vrai seigneur de la contrée, et cette vision le terrifia tout à fait.
C’était un être de grande taille, aux pieds de chèvre, au torse et à la tête d’homme, avec des bois de cerf au sommet de la tête. Ses yeux flamboyaient et semblaient le transpercer de part en part, et il entendit clairement cette phrase résonner dans sa tête : « Moi, le servan, seigneur de ce pays, je t’ordonne de partir si tu tiens à la vie, pars, il en est encore temps » !
Aussitôt, sans attendre un seul instant, le chevalier s’enfuit aussi vite que ses jambes pouvaient le porter et sans jeter un seul coup d’œil en arrière.
Dès que le chevalier fut parti, le ciel s’éclaircit, la tempête retomba et les rumeurs dans les sous-bois cessèrent. Aurore, voyant que le soleil était réapparu et que l’orage avait cessé, s’arrêta dans sa course éperdue. Elle leva les yeux vers les sous-bois proches et vit toute une foule de créatures magiques qui venaient à sa rencontre, au premier rang desquelles Alexandre, son amoureux et le seigneur servan.
La joie et le bonheur, à cette vue, affluèrent de nouveau en son cœur et il lui sembla que la nature toute entière se réjouissait avec elle et qu’elle resplendissait d’une beauté accrue.
La sérénité et le calme étaient enfin revenus dans le vallon enchanté, et ils perdurèrent encore très très longtemps. Peut-être que le petit peuple magique de ces temps-là vit encore dans cette vallée, et que l’on peut encore l’apercevoir, si notre cœur n’a point oublié le monde de la féerie et des enchantements.

un jour, j’appris la langue des oiseaux

Un jour,
J’appris la langue des forêts,
Un jour,
J’appris la langue des oiseaux,
Dans l’ombre de la nuit,
Je me fis rossignol,
Au creux des charmilles,
Je me fis mésanges,
Un trou dans un mur,
Et je naquis queue-rousse,
L’aile des hirondelles
Fût mon berceau,
Ah, que ne suis-je moineau,
Fidèle compagnon des humains,
Pie ou merle,
Hôtes de nos jardins,
Que ne suis-je colvert,
Glissant sur les flots,
J’ai longtemps rêvé,
Héron,
Sur les étangs des Dombes,
J’ai longtemps rêvé,
Cygne majestueux,
Descendant le Rhône,
J’ai souvent été oie sauvage,
Venue de Scandinavie,
Pour passer l’hiver,
J’ai été parfois grue,
En route vers les chaudes terres d’Afrique,
J’étais l’esprit des airs,
De la terre et de l’eau,
Un jour,
J’appris la langue des oiseaux,
Et comme eux,
Un jour,
Je partirais,
Libre et sans attaches.

à mes pieds

A mes pieds,
La vallée,
A mes pieds,
La lumière
Joue avec
Le soleil,
Pas encore né,
Je marche
Sur les nuées,
Là-haut,
Où ma vision
Se perd,
Reflets et ombres
De la colline,
Mon regard
Se fait arbres,
Mon regard
Se fait rivière,
Je flotte,
Sur l’aile des nuages,
J’attends,
Dans l’immensité,
Le maître
De l’existant,
Dévoilant le monde,
A mes pieds.

obscurité

Obscurité,
Je vivais
Au creux de l’obscurité,
Obscurité,
Telle était
Ma patrie,
Oiseau,
Sans ailes
Et sans yeux,
Et puis,
Du fond
De l’eau,
Du fond
De ma mémoire,
Tu surgis,
Fendant
La mer
De mes souvenirs,
Orage,
Un éclair
Soudain venu
Sur mon front,
Déchirant
Le voile,
Les ténèbres,
Lueur,
Aurore,
Alors,
Je te vis,
Solaire,
Un rossignol
A chanté,
Un rossignol
Est entré,
A jamais
Dans mon cœur.

forêt vierge

Vert,
Fièvre
De la forêt vierge,
Cacatoès et perroquets,
Je suis née,
Au sein
De cette forêt,
Toute bruissante
De sons
Et embaumée d’odeurs,
Sur moi,
Dès le berceau,
S’est penchée
L’aile puissante
Du Condor,
Sur moi,
Dès le berceau,
Se sont penchés
Hommes et animaux.
Je suis
L’Enfant du Vent
Qui souffle
Dans la ramure,
Je suis
L’Enfant de l’Eau,
De l’onde,
Je naquis,
Je suis
L’Enfant de la Terre,
Forte et fière,
Mon esprit vogue
Au gré des flots,
De ce fleuve,
Tumultueux,
Mon âme vogue
Au gré des Esprits
Végétaux et animaux.
Je suis la Grenouille,
Je suis le Toucan,
Je suis la Canopée,
Je suis l’arbuste,
Juste né,
Tout autour de moi est
Symphonie, musique,
Chant de la Nature,
Je suis
Au sein d’un monde
Qui se recueille
Et m’accueille,
Comme si
J’étais l’un des leurs,
Je suis le fruit
De leurs entrailles,
Et c’est tout juste
Le temps des relevailles,
Terre-Mère,
Je porte ton nom,
Là,
Gravé,
Au plus secret,
De mon cœur

une journée dans les Monts du Lyonnais

NOUTRON PAYI

Noutron payi, « Notre pays », hymne du Pays Lyonnais, a été composé sur l’air de l’hymne de nos amis dauphinois, « Los Dauphinois sont de magnauds terriblos », à la suite d’une rencontre francoprovençale régionale. C’est l’œuvre du groupe « Los Fagotchis » de la M.J.C. de Saint-Martin en Haut, qui entretient la langue du pays avec ceux qui l’aiment et prend volontiers en charge les personnes qui désirent s’initier à notre joli francoprovençal lyonnais en conversations, création théâtrale et chansons. Si le cœur vous en dit !

REFRAIN
Refrain
Noutron payi é plein de jôye miye
Notre pays est plein de jolies fillettes,
Et de garçons que son fran vigoreu !
Et de garçon qui sont en bonne santé !
Veni don bère ina got’in famiyi
Venez donc boire une goutte en famille,
Et decuri lo Payi Liyoneu !
Et découvrir le Pays Lyonnais !

1.
1
O bons amis, vo « magnauds » de l’Iséra,
O bons amis, « magnauds » de l’Isère,
Ayi adu voutra bela chanson,
Avez apporté votre belle chanson,
Et vo sayi, j’an fran invia de fére
Et vous savez, nous avons bien envie de faire
La méma chouza à noutra façon !
La même chose à notre façon !
Conussi-vo la féta d’le frambouézes
Connaissez-vous la fête des framboises
Que tous los ans, se pôsse vé Turïn ?
Qui tous les ans se passe à Thurins ?
Si vo volyi nin profitô na brèza,
Si vous voulez en profiter un peu,
De la jornô, vo n’regretari rin !
De la journée, vous ne regretterez rien !

2
2
Noutron pays, çu pitchi coin de Franci
Notre pays, ce petit coin de France,
Moins bien connu que çartaines régions,
Moins bien connue que certaines régions,
A joint portant dueu villes d’importanci
Joint pourtant deux villes importantes
Que son Sant-Etcheune et pu Liyon !
Qui sont Saint-Etienne et Lyon !
Montô din-n’ô pa prindre lo bon’ar
Montez en haut pur prendre le bon air,
Profitô nin pa fére na randonnô
Profitez-en pour faire une randonnée,
Arpintô los adreu coma lo zinvar
Arpentez les adrets comme les ubacs,
Sayi çartin : vos ne regretari pô !
Soyez sûrs : vous ne le regretterez pas !

3
3
De le Cortchine, l’Arbepïn, San Andri,
Des Courtines, de l’Aubépin, de Saint-André,
Pa ïn tin quiôr, vo poyi contimplô
Par temps clair, vous pouvez contempler
Lo Mont-Blanc, lo Forè, lo mont Pilô –
Le Mont-Blanc, le Forez, le mont Pilat,
O ne po pô comptô tant de cliochi !
On ne peut compter tant de clochers !
Si din l’hivar quôque vè o bisaye
Si en hiver parfois souffle la bise,
Pregni patienci, revegni ou printemps
Prenez patience, revenez au printemps,
Et quand adon lo payi revardaye
Et quand alors le pays reverdit
Et que parto lo tropiau son in champ.
Et que partout les troupeaux sont en champ.

4
4
Din lo payi, je fon de bele féte,
Dans le pays, nous faisons de belles fêtes,
Son et yumir’ ou bor de Rachifôrt,
Son et lumière au bourg de Rochefort,
Et pu vé Meys i ne son pô in reste,
Et puis à Meys, on n’est pas en reste,
Mé de trente ans qu’o môrche toujor fôrt –
Plus de trente ans que ça marche toujours bien –
Si vos amô vère de viye pire,
Si vous aimez voire de vieilles pierres,
San-Saphurïn n’in manque pô, o n’y a!
Saint-Symphorien n’en manque pas, il y en a !
Longi la Couézi, remontô la reviri
Longez la Coise, remontez la rivière
Et travarsô ou bor de Reviya.
Et traversez au bourg de Riverie.

5.
5.
No privon pô de fére quôques ripaiyes,
Ne nous privons pas de quelques ripailles,
Quand vient lo moment de touô lo cayon,
Quand vient le moment de tuer le cochon,
Je lo buquion avoué dou quié de payi,
Nous le flambons avec deux poignées de paille,
Pa çu moyen lo lôr é çarte bon –
Par ce moyen, le lard et très bon –
Que de meuyou qu’ïn jesus ou na roseuta
Quoi de meilleur qu’un jésus ou une rosette
Ou ïn jambon salô, sechi ïn an
Ou un jambon salé, séché un an,
In’ ou de china ou bien na couteleuta
Un os d’échine ou bien une côtelette
Et lous bodjïns fricassi son friands.
Et les boudins frits sont délicieux.

6
6
Vo voilli bère quôque bonnes boteuyes
Vous voulez boire quelques bonnes bouteilles,
Allô charchi dou lô de Miyeri !
Allez chercher du côté de Millery !
I san fabriquô lo jus de la treuyi
Ils savent fabriquer le jus de la treille,
Mém’ a San Bé, poyon vo nin forgni –
Même à Sain Bel, ils peuvent vous en fournir –
O y a ïncore to plein de bonnes chouses,
Il y a encore une foule de bonnes choses,
De bon peru dou lô de San Dedji,
De bonnes poires du côté de Saint-Didier,
Et pu de parses que son totes rouses
Et puis des pêches qui sont toutes roses
Et que rabondon outor de Soci.
Et qui abondent tout autour de Soucieu.

7
7.
Vé Izeron, o n’y a pôs que de churottes,
A Yzeron, il n’y a pas que des chevrettes,
De garipiôle et de viu chôtagni,
Des garrigues et de vieux châtaigniers,
Et si n’é pô toujor drètchi la rota,
Et si la route n’est pas toujours droite,
O vô quand mémo la pena d’y vegni !
Il vaut quand même la peine d’y venir !
Lo devèssè, avisô le yumires
Le soir, contemplez les lumières
Que breuyon din la villa de Liyon,
Qui brillent dans la ville de Lyon,
Et si adon, o ne vé pô Forvire,
Et si alors on ne voit pas Fourvière,
Ol aparçu quand mémo lo grayon !
On aperçoit quand même le « crayon » !

8
8
Ou codo jamais je n’on ina rogni,
Au coude jamais nous n’avons de croûte,
Ou travar j’y van pô a reculon,
Au travail, nous n’y allons pas à reculons,
Avoué conscienci je fon noutra besogni,
Avec conscience, nous faisons notre tâche,
O se sa bien din tota la région –
Cela se sait bien dans toute la région –
In’ intreprèsa a besoin de manoures,
Une entreprise a besoin d’ouvriers,
Din lo payi, le chôrche a n’imbauchi
Dans le pays, elle cherche à en embaucher,
Et i son sur que je faron bien l’oura
Et ils sont sûrs que nous ferons bien l’ouvrage
Et qui n’aran rin a nos reprochi !
Et qu’ils n’auront rien à nous reprocher !

piaillée 55

Le fameux calendrier des Mayas du Mexique semblait prévoir la fin du monde pour le 21 du mois, ce qui faisait vendre du papier aux journaux et donnait de l’audimat aux médias. Le Glaude, toujours « branché » sur la télé, est sensible à ces bruits, mais heureusement, sa voisine est là pour le rassurer.

 

On peut noter dans leur dialogue une différence entre le francoprovençal et le français qui intrigue et amuse toutes les générations : « serpint » (serpent) est féminin, alors que « vipéro » (vipère) est masculin (ce qui fait que le fameux monstre du Loch Ness est une dame – et pourquoi pas ?). Il en va de même pour « la livra » ou « la liura » (« la lièvre » des chasseurs du pays).

 

On notera aussi que « fantouma », qui en fait est plus un mannequin ou un épouvantail qu’un revenant, est également féminin. Cela dit, la grand-mère du Glaude lui disait, en plaisantant à demi : « O, je ne volo pâ descindre à la cava, j’è pou, o i a certes ina fantouma lè ! (« Oh, je ne veux pas descendre à la cave, j’ai peur, il y a sûrement un fantôme ! »)

 

Mais il est possible que ce féminin soit dû à la désinence –a du mot d’origine (« phantasma », ou peut-être « phantagma », vision, imagination en dialecte phocéen), qui a été employé par les Grecs de Marseille, qui fondèrent la ville au VIe siècle avant notre ère. Ce terme passé dans la langue provençale du Moyen-âge « remonta » vers le nord, d’où notre francoprovençal « fantouma », qui a gardé le « -a » et donc le genre féminin qui lui correspond en principe.

 

 

 

 

La piâilla francoprovinçala

 

« Mme Louise, creyis-vos à la fin dou mondo ? – Le vindra quand-se, mon Glaudo. – Justamint, j’è demandâ ou Marius perque don qu’al apointâve sa forchi et inchaplâve sa dayi, qu’o n’é pâ fran lo timps de se nin servi. ‘O i é per parâ los Martiens, que van devalâ lo vingt-ion, coma i zou diont dins lo jornau. Et je m’in voué allâ vé lo notéro per fére inregistrâ mon testamint. – A ne vodra pâ, mon pouro Marius. – Ah ? Perque don ? – Si a murè coma los autros, a n’ara pâ fauta de ta pugna de sous’. A m’a oussitout viri lo dous… – Per in coup, t’âs bien parlâ, mon Glaudo ! Cela fin dou mondo annonci – qu’i diont – per los Mayas, o me rappele l’histoire de la serpint dou Loch Ness. – J’ai bien vu de vipéros ou de giclos, mais jamé de serpint dou Loquenièce. – O i éte ina serpint d’éga géanta que los jornaux n’in parlâvont ou mè d’oût, quand o n’i ayet pâ bien à contâ. Et i la fésiant mémo vère in foto… – Je compreno bien, Mme Louise : vorindret, o i a tant d’abonda dins l’actualitâ qu’o n’a pâ à cherchi incore de râfoles ! – Ma fa, vetia mé in bon filosofo ! – Quon qu’o i é incore, cela béti ? Vos n’ayis don pâ pro avoué voutra fantouma de serpint ? »

 

A la semana que vint !

 

Lo Glaudo

 

La causette francoprovençale

 

« Mme Louise, croyez-vous à la fin du monde ? – Elle viendra en son temps, mon Glaude. – Justement, j’ai demandé au Marius pourquoi il affûtait sa fourche et battait sa faux, car ce n’est pas bien le moment de s’en servir. ‘C’est pour chasser les Martiens, qui vont atterrir le 21, comme ils le disent dans le journal. Et je vais aller chez le notaire pour faire enregistrer mon testament. – Il refusera, mon pauvre Marius. – Ah ? Pourquoi ? – S’il disparaît comme les autres, il n’aura pas besoin de ta poignée de sous’. Il m’a aussitôt tourné le dos… – Pour une fois, tu as bien parlé, mon Glaude ! Cette fin du monde annoncée prétendument par les Mayas me rappelle l’histoire du serpent du Loch Ness. – J’ai bien vu des vipères ou des couleuvres, mais jamais de serpent du Loquenièce. – C’était un serpent d’eau géant dont les journaux parlaient en août, quand il n’y avait pas grand-chose à raconter. Et ils le montraient même en photo… – Je comprends bien, Mme Louise : en ce moment, il y a tant de choses dans l’actualité qu’on n’a pas besoin de chercher encore des sottises ! – Ma foi, quel bon philosophe que voilà ! – Qu’est-ce encore que cette bête ? Votre épouvantail de serpent ne vous suffit donc pas ? »

 

A la semaine prochaine !

 

Le Glaude

 

 

piaillée 54

Cette piaillée n° 54 nous donne l’occasion de parler d’une forme populaire de français local, la « langue de Guignol », que l’on confond souvent, sous le nom de « lyonnais », avec le francoprovençal dans sa variété lyonnaise (qui n’est pas de la ville de Lyon, mais du Pays lyonnais). D’où le quiproquo dont fait état le Glaude. La parenté entre le francoprovençal, disparu du langage urbain de Lyon à la fin du XVIIIe siècle, et la langue d’aujourd’hui dite « lyonnaise », réside essentiellement dans des mots, comme celui de « gone » (jeune garçon) que cite le Glaude.

 

La présente piaillée est aussi un hommage ému de l’auteur de ce texte à son ami Jean-Guy Mourguet, homme de théâtre et montreur de marionnettes, disparu en 2012, et effectivement admirateur des « roses crémières » du Glaude dans sa cour villageoise des Monts du Lyonnais.

 

Tous les usages linguistiques évitent de nommer la mort et recourent à des périphrases, parfois humoristiques. C’est ainsi que le Glaude emploie la locution « a nos a dét à la revuya », que tous comprendront. Par contre, « levâ la varna » reste énigmatique. Certes, on pense à « levâ le broches », littéralement « lever les pattes », pour lequel point n’est besoin d’explications. Mais si l’on sait que « la verna » désigne un arbre du bord de l’eau (verne ou aulne), cette locution attend des éclaircissements. Mystère !

 

 

 

 

 

La piâilla francoprovinçala

 

« Mme Louise, je bevien pot avoué in copain, quand o m’a demandâ quina linga que nos parlâvons. – ‘Lo francoprovinçal dou Liyonès’, que j’è fat, ou ‘lo liyonès’, si vos amâs mi. – Mé nos sons de Liyon, nos pârlons lo liyonès, et o ne simble pâ lo voutron !’ (i désiant certes tot cin in francès). Vos qu’étes savanta, poyis-vos me bailli d’explications ? – Te sâs, mon Glaudo, à Liyon, i parlâvont dimpu toujors lo francoprovinçal, et quand i n’ant perdu l’usajo, o i a in cuchon de mots qu’il ant gardâ, qu’o fat la linga de Guignol. – Ah oua, Guignol, lo copain de Gnafron ! I me fésiant d’abôrd rire, quand nos étians gonos ! – Eh bien nin vetia ion, de mot liyonès que vint dou francoprovinçal ! – O Mme Louise, à propous de gonos, o n’i a ion que nos a d’abôrd dét à la revuya ! – Te pârles dou Jean-Guy Mourguet, qu’a levâ la verna, lo darri descindant dou Laurent, qu’invintit Guignol in 1808. Te te sovins de quand al éte venu nos vère iqui et qu’a nos fésit de complimints su noutres ‘roses crémières’… – Ah oua ! a nos a bien fat rire. Et arrimé, quand j’avisarè de roses tremires, je songirè à tot ce qu’al a fat per los gonos de pertot et per Guignol et Gnafron… »

 

A la semana que vint !

 

Lo Glaudo

 

 

La causette francoprovençale

 

« Mme Louise, je prenais un verre avec un copain, lorsque on m’a demandé quelle langue nous parlions. – ‘Le francoprovençal du Lyonnais’, ai-je dit, ou ‘le lyonnais’, si vous préférez. – Mais nous sommes de Lyon, ont-ils répondu, nous parlons le lyonnais, et il ne ressemble pas au vôtre !’ (ils disaient cela en français, bien sûr). Vous qui êtes savante, pouvez-vous me donner des explications ? – Tu sais, mon Glaude, à Lyon, on parlait depuis toujours le francoprovençal, et quand on en a perdu l’usage, on a gardé une foule de mots, ce qui constitue la langue de Guignol. – Ah oui, Guignol, l’ami de Gnafron ! Ce qu’ils me faisaient rire, quand nous étions gones ! – Eh bien, en voilà un, de mot lyonnais qui vient du francoprovençal ! – O Mme Louise, à propos de gones, il y en a un qui vient de nous dire adieu ! – Tu parles de Jean-Guy Mourguet, qui vient de décéder, le dernier descendant de Laurent, qui inventa Guignol en 1808. Tu te rappelles qu’il était venu nous voir ici et qu’il nous complimenta sur nos ‘roses crémières’… – Mais oui ! il nous a bien fait rire. Et désormais, quand je regarderai des roses trémières, je penserai à tout ce qu’il a fait pour les ‘gones’ de partout et pour Guignol et Gnafron… »

 

 

A la semaine prochaine !

 

Le Glaude

 

 

 

 

 

 

 

piaillée 53

Cette piaillée n° 53 tourne autour d’un dicton météorologique aussi poétique qu’énigmatique. Comme tous les dictons, il a non seulement un sens évident (une fois décrypté), mais aussi un sens symbolique certainement très riche, au moins autant que ce minuscule nuage que personne ne remarque et qui va déclencher des perturbations. Ces trois « trochées » dansants concentrent toute la musicalité du francoprovençal. Répétez-les en vous-même en scrutant un ciel d’azur ! Il y a souvent une niôla prima à un coin de l’horizon.

 

La météorologie préoccupe autant les citadins que les ruraux. C’est d’une certaine manière le seul élément chaotique de nos vies bien réglées. En outre, pour celui qui vit de la terre, le temps à venir a une importance capitale, d’où un grand nombre de dictons, proverbes, locutions et mots, d’un emploi parfois rare, surprises émerveillées de l’explorateur du vocabulaire. Ainsi, « niôla », contrairement au français, qui marque la différence entre brouillard et nuage, correspond aux deux, mais possède une sorte de doublet moins connu, « nibla », venant apparemment du même terme latin « nebula », mais par un cheminement mystérieux. « Nibla » désigne cette brume légère qui s’élève du sol à l’aube ou au crépuscule.

 

Les noms des précipitations sont variables selon la saison. « Marsia », apparenté au mois de mars, est donc une giboulée. Pour les averses de neige, même fondue, on parle de « macariauda », mot un peu étrange, qui ressemble au « macariaud », le geai. Qu’y a-t-il de commun entre eux ? Le nom de cet oiseau rappelle celui de ses cousins marins, macareux et macreuse, mais là aussi, que ferait notre brave geai automnal des bois de chênes sur les récifs océaniques ? Poésie des mots, diversité des langues…

 

 

 

 

 

La piâilla francoprovinçala

 

« Mon pouro Glaudo, j’ai fran la téta que gassoille ! », que me fésit la Louise, ma visina. Faut dére que je ne l’ayin d’abôrd pâ connu : l’ére trimpa coma in miron qu’aret chu dins la buya. « O féset fran biau, je su modâ vère ma cusina sins prindre de pâraplévi. O i ayet bien na drola de pitita niôla ou coin dou cier, et j’arin dû me rappelâ de ce qu’i disian les autres vès : ‘niôla prima tire’ ! – Que ? I é-to d’arabo ? – Mais non, grand bredin ! ‘Niôla prima’, o i é na matroua niôla. – Ah oua ! Mais quon que le ‘tire, cela niôla ? – Si t’ayâs de que dins lo cassot, te trovariâs certes… – Ben oua ! Ina niôla tint se pou matroua pout tiri, o vout dére fére veni in cuchon de grousses niôles, qu’o fara na bona marsia… – O mon Glaudo, que je su fiera d’avè in visin qu’a tant d’émo ! – Mme Louise, je su vrè confus… – Te n’âs jamais songi à rintrâ à la météo ? – Vos me veyi souteyi à la télé davant na cârta de Franci ? – O n’i a pâ que quien. T’ariâs pu travailli dins in bureau, à carculâ lo timps qu’o va i avè… – Me fére sampilli per totes les gins dou payis per la fre ou la chaud qu’o fat, non meci ! – Eh oua, o ne pout pâ fére plaisi à tot lo mondo… »

 

A la semana que vint !

 

Lo Glaudo

 

 

 

La causette francoprovençale

 

« Mon pauvre Glaude, je perds vraiment la tête ! », me dit la Louise, ma voisine. Il faut dire que sur le moment, je ne l’avais pas reconnue : elle était trempée comme un chat qui serait tombé dans la lessiveuse. « Il faisait beau, je suis allée voir ma cousine sans prendre de parapluie. Il y avait bien un drôle de petit nuage au coin du ciel, et j’aurais dû me rappeler ce qu’on disait autrefois : ‘niôla prima tire’ ! – Quoi ? C’est de l’arabe ? – Mais non, grand niais, ‘niôla prima’, c’est un petit nuage. – Ah oui ! Mais qu’est-ce qu’il ‘tire, ce nuage ? – Si tu avais quelque chose dans la cervelle, tu trouverais sûrement… – Ben oui ! Un tout petit nuage peut tirer, c’est-à-dire faire venir une masse de gros nuages, ce qui donnera une bonne averse… – O mon Glaude, que je suis fière d’avoir un voisin qui sait tant de choses ! – Mme Louise, je suis vraiment confus… – Tu n’as jamais pensé à aller travailler à la météo ? – Vous me voyez sautiller à la télé devant une carte de France ? – Il n’y a pas que cela. Tu aurais pu travailler dans un bureau, à calculer le temps qu’on va avoir… – Me faire malmener par tous les gens du village pour le froid ou le chaud qu’il fait, non merci ! – Eh oui, on ne peut pas contenter tout le monde… »

 

A la semaine prochaine !

 

Le Glaude