Sainte Luce et Saint Clair

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sainti Luci et san Quiâr

Pelè vé l’an mila, on se beté à curé nontros payis « d’in blanc mantiau d’elises ». Vé chino, fran la çuma d’in cri viri vé lo levant, o i aye quâques cambuses de boué et de tarra, cuvartes de branches de ginè et de bruéres, d’onque on vayet ina grand plana avoué de payis, de revires, de molârs, de borgs, jusqu’ou bot onque se dressâvon de montagnes totes blanches de gliacis et de nè. A châ lous madins, lo solè sortet de darri lo gla et charfâve et equiarzet attenant lo ciar et la tarra jusqu’ou cri avoué se metruës cabanes.

In’abbé vené et decidé de bâti ilè in’elisi qu’al appelé « sainti Luci », que çu nom volet dére câzé « sainti lumiri ».Outor de le mésons, o i ut ina murayi de pires. O fut don lo borg de Sainti-Luci.

A in’ura ou duë dilè, su in replat, in bargi, lo Piti Loyi, gardâve lous montons de son pâre, lo Grand Loyi, que tenet ina farma jugnant. O i ayet pro de prâs avoué de bèla arba pa champayi tous lous montons. Ou pi d’ina bârma, ina font baillâve d’éga qu’impluyet na sarva onque le bétyes s’aburâvon. Mé nontron Piti Loyi ayet bien à afanâ, que pâ bien loin, in grand boué devalâve de l’outro lâ de la montagni, onque de loups, de bruzin-nè à la piqua dou jor, drè qu’o jalâve ou qu’o chayet de nè, fésiant de borlés sarvages, mémo devès quand lo timps éte chaud.

Quand lo Piti Loyi intrumâve se bétyes dins liou parco pa le betâ à l’ouriou, si a ne prenet pâ bien gârda, lous loups gropâvon quâques fayes ou agneaux. Iquien l’inmalyiçâve, et la nè segant, avoué sous dous chins, a ne dormet guéro, pa parâ lous loups, et tenet adon son bâton à duës mans, apinchant lo bôrd dou boués.

In devèssè, onque lous loups se quésiant, a vayé pâ bien loin sos lous ébros ina gran, gran loua que l’avisâve de sous is farouchos. A levé sa tavèla, mé a s’aparcevé que l’ayet dins son groin ina pitita bola borroua, que le posé dins l’arba davant lous pi de nontron Piti Loyi. A viré lo dous, fésant simblant qu’a n’aret rin vu, et quand a se retorné, la loua éte modâ et a trové cela pitita bola, qu’al amassé. Intre sous brâs, le bouligâve et borlâve à bâs bru. O i éte in piti loup, mé sous is étiant sarrâ, come si al éte avoyo. A lo porté à la font et i bassoyé lous is, tandi que la metroua béti lichâve l’éga frèchi avoué sa pitita linga rousa.

A radusé la béti onqu’a l’ayet prèsa, et la retrové lo devèssè segant, jusqu’ou jor onque l’uré infin lous is et que la mâre la pregné sin bru et l’inmené avoué-se. Et lous loups ne revenéron plus ! On lous intindet loin, d’in bâ de la montagni, lâvar, dins lous grands boués.

Lo Grand Loyi, son pâre, conté tot icin à sous vusins, que zou contéron à liou vusins, que lous jors segants, o vené in cuchon de gins de la parochi et mémo de totes le paroches intor, de qu’ayant lous is cirous, que borniquetâvon, que preniant de gonfles pa de lantarnes et de pales pa de râtès, et i veniant se bassoilli lous is tant qu’i garèssèssiant. Lo Grand Loyi ayet pro à fére pa lous betâ à la souta so son chapit ou dins in coin de sous etrâblos.

O i éte câsé in mirâquio pa le gins, et il apeléron la font dou nom de san Quiâr, qu’éte lo saint que garèsset dous mâs de la vuya. Adon, nontron Pitit Loyi decidé, avoué lous metrus liârds que lous malados ayant jitâ din la sarva, de fére fére ina figura dou saint pa l’elisi de Sainti Luci. A chusèssé in grous morciau de pira blanchi et nèri, et in’artisto i fésé lo saint, avoué sa mitra, son bâton de bargi, sa grand roba et in plat qu’a tenet davan-se avoué sous dous is dessus. Le mauvéses lingues troviant qu’a liou sarvèsset dous uës fréts, mé i ne zou désiant pâ trop fôrt.

O i é comicin que dins cel’elisi tota équiarzia dou solè levant, la jouéna sainti Luci et lo vieu san Quiâr accoyont depués mila ans le gins que venont liou dére bonjor.

Sainte Luce et saint Clair

Aux environs de l’an mil, on commença à couvrir nos pays « d’un blanc manteau d’églises ». Chez nous, au sommet d’une colline tournée vers le levant, il y avait quelques chaumières de bois et de terre couvertes de branches de genêts et de bruyères, d’où on voyait une grande plaine avec des villages, rivières, hauteurs et bourgs, jusqu’au bout où se dressaient des montagnes toutes blanches de glaciers et de neige. Matin après matin, le soleil sortait de derrière les glaces et chauffait et illuminait sans cesse le ciel et la terre jusqu’à la colline et ses petites masures.

Un abbé vint et décida de bâtir en ce lieu une église qu’il appela « sainte Luce », car ce nom signifiait pour ainsi dire « sainte lumière ». Autour des maisons, il y eut une muraille de pierres. Ce fut donc le bourg de Sainte-Luce.

A une heure ou deux de là, sur un plateau, un berger, le Petit Louis, gardait les moutons de son père, le Grand Louis, qui tenait une ferme à proximité. Il y avait là assez de prés avec de belle herbe pour faire paître tous les moutons. Au pied d’un talus, une fontaine donnait de l’eau qui emplissait un bassin où les bêtes s’abreuvaient. Mais notre Petit Louis avait fort à faire, car non loin de là, une grande forêt descendait de l’autre côté de la montagne, où des loups, du crépuscule au point du jour, dès qu’il gelait ou qu’il neigeait, poussaient de grands hurlements, même parfois quand le temps était chaud.

Quand le Petit Louis faisait entrer ses bêtes dans leur parc pour les mettre à l’abri, s’il ne prenait pas bien garde, les loups attrapaient quelques brebis ou agneaux. Il en était furieux, et la nuit suivante, avec ses deux chiens, il ne dormait guère, pour écarter les loups, tenant alors son bâton à deux mains et guettant l’orée de la forêt.

Un soir où les loups se taisaient, il vit non loin sous les arbres une grande, grande louve qui le fixait de ses yeux féroces. Il leva sa trique, mais s’aperçut qu’elle tenait dans sa gueule une petite boule de poils, qu’elle posa dans l’herbe devant les pieds de notre Petit Louis. Il tourna le dos, faisant semblant de n’avoir rien vu, et quand il se retourna, la louve était partie et il trouva cette petite boule, qu’il ramassa. Entre ses bras, elle gigotait et gémissait doucement. C’était un petit loup, mais ses yeux étaient fermés comme s’il était aveugle. Il le porta à la fontaine et lui mouilla les yeux, tandis que la petite bête lapait l’eau fraiche de se petite langue rose.

Il rapporta la bête à l’endroit où il l’avait prise, et la retrouva le soir suivant, jusqu’au jour où elle ouvrit enfin les yeux et où la mère la prit en silence et l’emmena avec elle. Et les loups ne revinrent plus ! On les entendait au loin, au pied de la montagne, là-bas dans les grandes forêts.

Le Grand Louis, son père, raconta tout cela à ses voisins, qui le racontèrent à leurs voisins, si bien que les jours suivants, il vint une foule de gens de la paroisse et même de toutes les paroisses d’alentour, des gens qui avaient les yeux chassieux, des myopes, d’autres qui prenaient des vessies pour des lanternes et des pelles pour des râteaux, et ils venaient se tremper les yeux jusqu’à ce qu’ils guérissent. Le Grand Louis avait assez à faire pour les loger à l’abri sous sa remise ou dans un coin de ses étables.

C’était presque un miracle pour les gens, et ils appelèrent la fontaine du nom de saint Clair, qui était le saint qui guérissait des maux de la vue. Alors notre Petit Louis décida, avec les piécettes que les malades avaient jetées dans le bassin, de faire faire une statue du saint pour l’église de Sainte-Luce. Il choisit un gros bloc de pierre blanche et noire, et un artiste lui fit le saint avec sa mitre, sa crosse de pasteur, sa grande robe et un plat qu’il tenait devant lui avec ses deux yeux posés dessus. Les mauvaises langues trouvaient qu’il leur servait deux œufs frits, mais ils ne le disaient pas trop fort.

C’est ainsi que dans cette église tout illuminée du soleil levant, la jeune sainte Luce et le vieux saint Clair accueillent depuis mille ans les gens qui viennent leur dire bonjour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s