piaillée 55

Le fameux calendrier des Mayas du Mexique semblait prévoir la fin du monde pour le 21 du mois, ce qui faisait vendre du papier aux journaux et donnait de l’audimat aux médias. Le Glaude, toujours « branché » sur la télé, est sensible à ces bruits, mais heureusement, sa voisine est là pour le rassurer.

 

On peut noter dans leur dialogue une différence entre le francoprovençal et le français qui intrigue et amuse toutes les générations : « serpint » (serpent) est féminin, alors que « vipéro » (vipère) est masculin (ce qui fait que le fameux monstre du Loch Ness est une dame – et pourquoi pas ?). Il en va de même pour « la livra » ou « la liura » (« la lièvre » des chasseurs du pays).

 

On notera aussi que « fantouma », qui en fait est plus un mannequin ou un épouvantail qu’un revenant, est également féminin. Cela dit, la grand-mère du Glaude lui disait, en plaisantant à demi : « O, je ne volo pâ descindre à la cava, j’è pou, o i a certes ina fantouma lè ! (« Oh, je ne veux pas descendre à la cave, j’ai peur, il y a sûrement un fantôme ! »)

 

Mais il est possible que ce féminin soit dû à la désinence –a du mot d’origine (« phantasma », ou peut-être « phantagma », vision, imagination en dialecte phocéen), qui a été employé par les Grecs de Marseille, qui fondèrent la ville au VIe siècle avant notre ère. Ce terme passé dans la langue provençale du Moyen-âge « remonta » vers le nord, d’où notre francoprovençal « fantouma », qui a gardé le « -a » et donc le genre féminin qui lui correspond en principe.

 

 

 

 

La piâilla francoprovinçala

 

« Mme Louise, creyis-vos à la fin dou mondo ? – Le vindra quand-se, mon Glaudo. – Justamint, j’è demandâ ou Marius perque don qu’al apointâve sa forchi et inchaplâve sa dayi, qu’o n’é pâ fran lo timps de se nin servi. ‘O i é per parâ los Martiens, que van devalâ lo vingt-ion, coma i zou diont dins lo jornau. Et je m’in voué allâ vé lo notéro per fére inregistrâ mon testamint. – A ne vodra pâ, mon pouro Marius. – Ah ? Perque don ? – Si a murè coma los autros, a n’ara pâ fauta de ta pugna de sous’. A m’a oussitout viri lo dous… – Per in coup, t’âs bien parlâ, mon Glaudo ! Cela fin dou mondo annonci – qu’i diont – per los Mayas, o me rappele l’histoire de la serpint dou Loch Ness. – J’ai bien vu de vipéros ou de giclos, mais jamé de serpint dou Loquenièce. – O i éte ina serpint d’éga géanta que los jornaux n’in parlâvont ou mè d’oût, quand o n’i ayet pâ bien à contâ. Et i la fésiant mémo vère in foto… – Je compreno bien, Mme Louise : vorindret, o i a tant d’abonda dins l’actualitâ qu’o n’a pâ à cherchi incore de râfoles ! – Ma fa, vetia mé in bon filosofo ! – Quon qu’o i é incore, cela béti ? Vos n’ayis don pâ pro avoué voutra fantouma de serpint ? »

 

A la semana que vint !

 

Lo Glaudo

 

La causette francoprovençale

 

« Mme Louise, croyez-vous à la fin du monde ? – Elle viendra en son temps, mon Glaude. – Justement, j’ai demandé au Marius pourquoi il affûtait sa fourche et battait sa faux, car ce n’est pas bien le moment de s’en servir. ‘C’est pour chasser les Martiens, qui vont atterrir le 21, comme ils le disent dans le journal. Et je vais aller chez le notaire pour faire enregistrer mon testament. – Il refusera, mon pauvre Marius. – Ah ? Pourquoi ? – S’il disparaît comme les autres, il n’aura pas besoin de ta poignée de sous’. Il m’a aussitôt tourné le dos… – Pour une fois, tu as bien parlé, mon Glaude ! Cette fin du monde annoncée prétendument par les Mayas me rappelle l’histoire du serpent du Loch Ness. – J’ai bien vu des vipères ou des couleuvres, mais jamais de serpent du Loquenièce. – C’était un serpent d’eau géant dont les journaux parlaient en août, quand il n’y avait pas grand-chose à raconter. Et ils le montraient même en photo… – Je comprends bien, Mme Louise : en ce moment, il y a tant de choses dans l’actualité qu’on n’a pas besoin de chercher encore des sottises ! – Ma foi, quel bon philosophe que voilà ! – Qu’est-ce encore que cette bête ? Votre épouvantail de serpent ne vous suffit donc pas ? »

 

A la semaine prochaine !

 

Le Glaude

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s