hommage au provençal

Hommage au provençal

Le village de la Garde-Freinet, qui veille du haut de la crête des Maures sur un petit coin du golfe de Saint-Tropez, se trouve en 1955 ruiné, disons endormi, du fait de la fermeture récente des usines de bouchons de liège, industrie importante du lieu, concurrencée depuis une vingtaine d’années par l’étranger, en particulier le Portugal. Les chênes-lièges au tronc écorcé, torturé par les passages des préleveurs d’écorce, constituent des plantations disséminées dans les parcs, jardins, maquis et châtaigneraies de ces collines pierreuses.

Un timide tourisme de locations de vacances, dont les Suédois semblent être l’avant-garde, apporte de quoi vivre à ce village encore fier de ses origines sarrasines légendaires (« Fraxinete » ayant été, selon la tradition, un poste avancé des Barbaresques sur la côte provençale). De fait, nous allons visiter, avec des copains que nous nous sommes faits, des retranchements sur la colline qui domine le village au Pas de la Mule, trace, dit-on, des postes d’observation de ces pirates.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s