piaillée 9

Cette neuvième piaillée évoque la légende de l’empereur Charlemagne comme fondateur de l’école, comptant récemment encore au nombre des saints du calendrier catholique. Elle nous donne l’occasion de présenter un poète francoprovençal méconnu, Jean Cotton (1800 – 1866), qui a écrit des chansons dans le patois de son village, Caluire, au nord de Lyon (Anne-Marie Vurpas, « Chansons en patois de Caluire », Jean-Pierre Huguet éditeur, 2001).

 

Note : l’allusion au « grand Charles », traduction littérale du nom de Charlemagne (= Carolus Magnus), est reprise ironiquement ou naïvement (il mélange toujours les deux !) par le Glaude. En effet, Charles de Gaulle, qui avait formé le gouvernement français en exil à Londres de 1940 à 1945 au moment de l’occupation de la France par les Allemands, et qui fut par la suite président de la République de 1958 à 1968, était surnommé « le grand Charles » du fait de sa haute taille.

 

On notera aussi que dans cette commune très proche de Lyon, précédant de quatre-vingts ans la loi Jules Ferry d’obligation scolaire de 1886, les enfants bénéficiaient déjà en 1806 de l’enseignement primaire dès l’âge de six ans.

 

 

 

 

La nouviema piailla francoprovinçala

 

La Louise, ma visina, connut tuis los saints dou calendri per cœûr. Cetu madin, le me demandit : « Te sâs grâce à qui que t’ésse étâ à l’ecoula ? – O Madame Louise, je vodrin bien remerceyi cela bona persona. – Mais al é môrt depu quâsi doze cents ans », que le disit. « – Vos ne l’ayi don pâ connu… – Fous-te de ma figura ! O é Charlemagne, lo Grand Charles ! – De Gaulle ? – Nom de goui ! Heureusamint, je t’âmo bien quand mémo. Deman, o é sa féta, la Saint Charlemagne. Al a de merito d’avè invoyi à l’ecoula de drolos coma te… Te sâs lére et ecrire, pâ vrai ? – Oua, suramint ! – Alors, lés don in passajo de la via de Jean Cotton, celu poéto que je t’è parlâ. Al é étâ à l’ecoula à siés ans, in 1806 ». Je lési :

 

Me plut tor que de besogne !

Fayet écrire et chiffro,

J’ayin de piu et de rogne

Que j’en etien devoro.

L’insitutor en colere

Me tapove comme un seur.

Je disiin den ma priere :

Mon Diu durera-t-a toujor ?

 

« A ne se féset pâ rire, à l’ecoula, lo Jean. Preyâve-tè lo grand saint Charles ? – Mais o n’é pâ in saint, lo Vatican n’in vout gin. – Ah, je nin perdo mon latin, Madame Louise ! – Te ne perds don pâ grand chousa, mon pouro Glaudo… »

 

A la semana que vint !

 

lo Glaudo

 

 

La neuvième piaillée francoprovençale

 

La Louise, ma voisine, connaît tous les saints du calendrier par cœur. Ce matin, elle me demanda : « Sais-tu grâce à qui tu es allé à l’école ? – O Madame Louise, je voudrais bien remercier cette bonne personne. – Mais il est mort depuis presque douze cents ans », dit-elle. « – Vous ne l’avez donc pas connu… – Fiche-toi de moi ! C’est Charlemagne, le Grand Charles ! – De Gaulle ? – Nom de nom ! Heureusement, je t’aime bien quand même. Demain, c’est sa fête, la Saint Charlemagne. Il a du mérite d’avoir envoyé à l’école des gamins comme toi… Tu sais lire et écrire, n’est-ce pas ? – Oui, bien sûr ! – Alors, lis donc un passage de la vie de Jean Cotton, ce poète dont je t’ai parlé. Il est allé à l’école à six ans, en 1806 ». Je lus :

 

Mais plus tard, que de besogne !

Il fallait écrire et compter,

J’avais des poux et de la gale

A en être dévoré.

L’instituteur en colère

Me frappait comme un sourd.

Je disais dans ma prière :

Mon Dieu, cela durera-t-il toujours ?

 

« Il ne s’amusait pas, à l’école, le Jean. Priait-il le grand saint Charles ? – Mais ce n’est pas un saint, le Vatican n’en veut pas. – Ah, j’en perds mon latin, Madame Louise ! – Tu ne perds donc pas grand chose, mon pauvre Glaude… »

 

A la semaine prochaine !

 

le Glaude

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s